A LA UNEPOLITIQUE

(Conversation imaginée et imaginaire sur la CDC) par Cheikh Tidiane Ba

 

Mon ami, que dis-je, mon frère Ngor Diouf, m’a interpellé ce matin sur mon nouveau travail. Voilà notre conversation :

NGOR – Eh, dis moi Cheikh, tu fais quoi à la Caisse de dépôts et d’ailleurs qu’est ce qu’elle contient ta caisse là ?

MOI- Tiey mon sérère, tu ne sais pas ce que fait la caisse ? (après une petite hésitation ou réflexion, le pouce sur les lèvres, je lui dis). Heu ! Tu as peut-être raison, tu n’es pas seul dans cette situation. La caisse n’est pas bien connue.
Sache d’abord que la Caisse des dépôts et consignations, en abrégé CDC, si elle remplit pleinement son rôle peut substantiellement contribuer à l’émergence de ce pays. A titre d’exemple, la CDC-MAROC ou CDG, c’est un total-bilan de 17000 milliard de FCFA, la CDC-France c’est bientôt….. 788.000 milliards de FCFA. C’est énormissime !!!!!!
A titre de comparaison (sans raison et je souris, anticipant les moqueries de Ngor), la CDC-SENEGAL, c’est 145 milliards de FCFA pour l’instant car….. celle de la France affiche 200 à l’échelle des âges et celle du Maroc 60. Face à ces mammouths, nous sommes encore un nouveau-né ou une « start-up ».

NGOR- OK mon cher mais tu n’as pas répondu à ma question. Ton argent, il vient d’où toi et tu fais quoi avec ?

MOI- laisse moi te rappeler d’abord que la CDC est née en 2006 à la faveur de la loi 2006-03 du 4 janvier 2006 qui donnait mission à la Caisse d’assurer le financement d’activités utiles à la communauté notamment :

– logement social ;
– la politique de la ville ;
– les travaux d’équipement des collectivités locales ;
– le financement des petites et moyennes entreprises.

De l’argent, il fallait en trouver et le modèle des Caisses de dépôts apportait une solution rapide et efficace. Pour parler simple, tu sais que les Sénégalais, dans leurs transactions de tous les jours, déposent de l’argent à divers endroits. Cet argent pouvant avoir un temps de séjour plus ou moins long, l’idée est de se dire que cet argent devrait être sécurisé et peut alors être utilisé en attendant d’être remboursé à la demande.

Exemples :

1 – Tu veux acheter un immeuble ( ….et Ngor de dire Amiiiiiiine !) qui coûte 100.000.000 de FCFA. La transaction avec le vendeur pouvant durer 10 jours, la loi oblige le Notaire à déposer l’argent à la Caisse. Et tu vois là pourquoi on dit que la Caisse de dépôts est un tiers de confiance (rappelle toi, c’est comme homme de confiance). Pendant ces dix jours, la Caisse peut utiliser cet argent au profit de la communauté en le rémunérant comme une banque. Évidemment c’est des milliards qui sont déposés par période et les remboursements se font à la demande du Notaire, au dénouement de la transaction.
Il reste entendu que des transactions comme les successions peuvent durer longtemps et l’argent déposé va être au profit de l’intérêt général.

2 – le juge te demande de consigner ( … et Ngor de crier Soubhannalah) 5.000.000 dans un procès, cette somme est déposée à la Caisse et sera restituée à la fin de la procédure contentieuse. Selon la loi, pour être recevables, toutes les consignations doivent être faites à la CDC. Si tu les dépose ailleurs, comme par exemple à la banque, le juge ne les acceptera pas.

3 – tu es candidat à la mairie de la Médina (…. et Ngor de sourire, imaginant déjà, sur l’épaule, l’écharpe vert-jaune-rouge), il faut savoir que la loi électorale fixe une caution pour ta liste que tu vas régler à la Caisse. Imagine toutes les listes dans les 556 collectivités du pays versant chacune 10.000.000. C’est beaucoup d’argent que la communauté, à travers la Caisse, peut utiliser le temps de vider tous les contentieux et ça peut durer. Tu connais les politiciens.

4- on découvre du zircon dans ton village (…le Amiiiine de Ngor revient), l’Etat, pensant toujours au bien être de sa population, fait obligation à la société qui va exploiter d’avoir une attitude éco-responsable en prévoyant de réhabiliter le site ex-post. Il lui est demandé de verser, à titre de garantie et pour protéger les intérêts de la communauté, une somme importante à la Caisse. Cette ressource longue va être utilisée pour le financement de projets structurants ou d’intérêt général en attendant leur remboursement à la société ou remise (par le biais de l’Etat) à la collectivité pour la réhabilitation du site exploité.

5- dans les autres pays comme la France et le Maroc, une grande partie des ressources provient du livret A et de la retraite c’est-à-dire de l’épargne des citoyens. Au Sénégal, la loi a bien prévu la gestion de ces fonds par la Caisse. Les textes qui doivent préciser les modalités sont en cours de validation. Notre volonté, aujourd’hui, est de flécher cette épargne vers l’une des principales préoccupations de nos concitoyens : disposer d’une maison à moindre coût.

6 – autre exemple : si tu as un ami étranger qui veut résider au Sénégal, il est obligé de venir payer une caution de rapatriement à la Caisse pour pouvoir disposer d’un document de séjour.

NGOR – je commence à comprendre mon frère. Hum…dis moi, vous brassez beaucoup d’argent … c’est surveillé tout ça ?

MOI – bien sûuuuuur ! L’argent et la gestion sont surveillés, comme du lait sur le feu, par une commission de surveillance comprenant des députés et des représentants de l’Etat. Aucune décision majeure ne peut se prendre sans leur accord. Par ailleurs, la Caisse peut être vérifiée par l’Inspection générale des Finances, par la Cour des Comptes et par l’IGE.
En interne, nos décisions d’investissement sont maintenant adossées à une doctrine. Des manuels précisent clairement les procédures administratives et de passation de marché.

NGOR – Excellent ! Maintenant peux-tu me donner des exemples de réalisations de la CDC.

MOI – oui, la Caisse, pour juste donner des exemples, est présente dans le capital de la SENELEC (9,4%), AIR SENEGAL (100%), Greenwich Africa Ren, réalisateur de l’usine de Bokhol (https://www.jeuneafrique.com/…/senegal-plus-grande-central…/) etc. Elle dispose d’un important patrimoine foncier sur lequel des investissements sont actuellement réalisés notamment dans le logement social.

NGOR – Merci Cheikh. Tout semble plus clair pour moi mais je reviendrai te voir avec deux compatriotes avec qui je développe un projet qu’on pourrait réaliser avec vous car si j’ai bien compris vous travaillez avec les Sénégalais et pour les Sénégalais.

MOI – Tout à fait cher ami. A très bientôt et à ton service.

 

 

Commentaires Facebook

Articles du même type

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close