SOCIETE

Condamné à 10 ans de prison pour trafic de chanvre, le Bissau-Guinéen avoue être venu au Sénégal pour soigner son impuissance

Attrait à la barre du tribunal de grande instance de Kolda ou il a comparu, devant la chambre criminelle, des crimes d’association de malfaiteurs et de trafic international de chanvre indien, le Bissau-Guinéen Julinho Nanhça a été condamné à 10 ans de travaux forcés.

Originaire de la localité de Kathiew (Guinée-Bissau), le sieur Julinho Nanhçu a comparu devant la chambre criminelle de Kolda. Au terme du procès, l’accusé qui a été reconnu coupable, a été condamné à 10 ans de travaux forcés. Autant dire qu’il s’en est tiré à bon compte puisque le parquet général Julinho Nanhçu avait été cueilli dans la nuit du 29 au 30 avril 2016 sur les berges du fleuve Casamance, non loin du village de Birkama (région de Sédhiou) par une patrouille conjointe Armée-gendarmerie. Le caïd originaire de la Guinée-Bissau était en possession de 30 Kg de chanvre indien, soigneusement dissimulés dans un sac à dos. A l’enquête préliminaire, Julinho Nanhçu avait reconnu sans ambages les faits devant les gendarmes enquêteurs. Mieux, il avait expliqué que c’est dans une contrée du Fogny qu’il s’était procuré ces 30 Kg de drogue.

Aussi révélait-il avoir acheté cette marchandise en Guinée-Bissau pour ravitailler sa clientèle. Seulement, face aux magistrats de la chambre criminelle de Kolda, l’accusé Julinho Nanhçu va revoir sa copie et réfuter les faits. A la barre de cette chambre, le Bissau-Guinéen a soutenu qu’il s’était rendu à Goudomp pour se faire soigner auprès d’un proche. ‘’Je suis victime d’une maladie d’impuissance sexuelle’’, s’est-il défendu. Il poursuit en précisant que les 30 Kg de chanvre trouvés par devers lui : ‘’appartiennent au conducteur de la moto-jakarta qui me transportait à Djinabar à Goudomp’’. Pour le parquet général, l’accusé qui a avarié dans ses déclarations est de mauvaise foi. Fort de quoi, il a requis 15 ans de travaux forcés, plus une amende de 10 millions de nos francs. La défense avait demandé la disqualification des faits en détention de chanvre. Au final, l’accusé qui a été reconnu coupable a été condamné à 10 ans de travaux forcés, assortis d’une amende de 2 millions de FCFA.

La rédaction de seneposte.com avec Souleymane Sall du quotidien l’observateur

Commentaires Facebook

Articles du même type

Close