SOCIETE

Linguère : Accusé de viol par sa belle-sœur, le polygame Mor Thiam risque 10 ans ferme

Polygame à deux épouses et père de 04 enfants, le sieur Mor Thiam, 42 ans a comparu devant le tribunal de grande instance de Louga pour répondre des faits de viol sur une mineure, sur qui il a autorité.

 

 

 

Dans cette affaire, corsée par la minorité de la victime, le prévenu encourt le maximum de la peine 10 ans. Si le tribunal venait à suivre la logique du parquet, il sera amené à purger 8 ans entre 04 murs. Ces faits qui valent au polygame ses démêlées avec dame justice remontent au mois de Juillet 2017. A l’époque des faits, une vieille dame avait conduit dans les locaux de la brigade de Linguère une élève de 14 ans, au motif que celle-ci avait été violée à plusieurs reprises par l’époux de sa grande sœur.

 

Exploitant l’affaire, les pandores vont orienter la victime vers l’hôpital de Linguère ou le gynécologue  constaté une déchirure hyménale ancienne. Le certificat médical entre les mains, la bonne dame est retournée à la gendarmerie pour formaliser sa plainte contre son beau-fils. Entendue, la victime, élève en classe de 5 eme va faire un récit exhaustif de la mésaventure qu’elle vit depuis 2015.

 

‘’Je vis avec ma grande sœur au domicile de mon mari. J’y ai passé toute mon enfance. Depuis 2015, Mor Thiam, l’époux de ma grande sœur, a fait de moi son objet sexuel. Chaque nuit, au moment où tous les membres de la famille dorment, il s’engouffre dans ma chambre, m’entraine à la terrasse ou il abuse de moi. Et me sommer de n’en piper mot à personne. A force de me violer, mon état de santé est devenu mauvais. J’ai fini par me confier à ma grande sœur. Finalement, notre mère qui vit à Touba, sera informée. C’est elle qui a porté plainte contre ‘époux de ma sœur’’, a narré la victime.

 

Mis devant ces accusations, le prévenu Mor Thiam dira que c’est la fille qui le provoquait. Comble de l’ironie, il argue qu’il se limitait juste à des attouchements. ‘’Je ne l’ai jamais pénétré’’, s’est-il défendu. Mieux, il a confié être une victime d’un mauvais sort qui lui a été jeté et depuis, il peine à contrôler ses pulsions.

 

Déféré au parquet de Louga courant Juillet 2017. Mor Thiam attendait d’être jugé. Son avocat, Me Sidy Seck, qui avait relevé que son client ne jouit pas de toutes ses facultés mentales avait sollicité une expertise psychiatrique. Donnant Suite à cette  requête, un médecin de l’hôpital psychiatrique de Saint-Louis a conclu que le prévenu soufre de schizophrénie épileptique incompatible avec une incarcération.’’

 

Attrait devant la barre du tribunal, après plusieurs renvoi, le prévenu a nié sans convaincre le parquet selon qui le médecin n’a pas clairement établi que le détenu est en état de démence lorsqu’il commettait ses forfaits’’. Il a requis 10 ans ferme.

 

La défense assurée par Me Sidy Seck a plaidé la relaxe arguant que la place de s client est de son client est dans un centre spécialisé. L’affaire sera vidée le 10 juillet prochain rapporte l’obs repris par la rédaction de seneposte.

Commentaires Facebook

Articles du même type

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close