Grande UNEPOLITIQUE

MACKY SALL NE DOIT PAS LÂCHER LE POUVOIR

Le président Macky Sall a le droit d’être candidat à sa propre succession à la prochaine élection présidentielle de 2024. C’est l’intime conviction de Me Abdoulaye Babou qui ajoute que juridiquement rien n’empêche au patron de l’Apr de se présenter en 2024. Évoquant le compagnonnage entre Macky Sall et Idrissa Seck, Me Babou a exprimé son pessimisme de le voir durer dans le temps.

S’il le souhaite, Macky Sall peut se présenter à l’élection présidentielle de 2024. Rien ne l’en empêche du point de vue juridique. C’est en substance la position de l’ancien ministre Me Abdoulaye Babou. «Le Président Macky Sall n’est pas prêt à lâcher le pouvoir et je crois qu’il ne doit pas le faire. J’ai déjà donné mon point de vue sur ce que les autres appellent troisième mandat. Je suis juriste et j’ai déjà étudié la Constitution de fond en comble surtout depuis la réforme de 2016. Cette réforme, en son article 27, règle deux problèmes à savoir la durée du mandat présidentiel qui est de cinq ans et qui dit clairement que nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs», souligne Me Abdoulaye Babou.

Poussant plus loin dans son argumentaire, l’ancien ministre sous le régime libéral considère que le Président Macky Sall a fait un premier mandat de cinq ans qui s’achève en 2024. «Dès lors, il a le droit juridiquement de se présenter pour un second mandat de cinq ans. Je le dis et je le répète : la Constitution n’a jamais parlé de troisième mandat. La loi ne parle pas des sept ans avant la réforme et il n’y a pas de mesures transitoires. On ne peut pas changer la Constitution pour viser la seule personne du Président Macky Sall», tranche l’ancien responsable de l’Alliance des Forces de Progrès (Afp).

Quant aux retrouvailles entre le chef de l’Etat et Idrissa Seck, nouveau président du Conseil économique social et environnemental(Cese), Me Abdoulaye Babou prédit qu’elles feront long feu. « Idrissa Seck est un homme politique très avisé qui a passé toute sa carrière sous l’ombre du Président Abdoulaye Wade. Mais tout le monde sait comment ça s’est terminé entre eux. Il nourrit des ambitions présidentielles. Un poste de Premier ministre ou une autre fonction ne le fait pas rêver. Il reste maintenant à savoir si l’ambition d’Idrissa Seck est compatible avec celle du Président Macky Sall. Je ne pense pas que ce compagnonnage entre les deux aille loin. Ils sont en train de jouer à cache-cache, mais 2024 arrivera», dit-il.

Et Me Abdoulaye Babou d’ajouter : « Idrissa Seck n’est pas sur le droit chemin pour devenir président de la République. D’abord il a commencé par se séparer de ses principaux lieutenants dont le dernier en date est son ami fidèle Déthié Fall qu’il a destitué de son poste de vice-président de Rewmi. Qui plus est, il n’aura pas l’assise nécessaire pour être en pole position pour la présidentielle de 2024».

L’as quotidien

Commentaires Facebook

Articles du même type

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close