ECONOMIE

Me Massokhna Kane outré par le contrat entre Senelec et Akilee sur les compteurs: « Senelec a été bâillonnée et livrée pieds et poings liés à Akilee

 

Le président de Sos Consommateurs, Me Massokhna Kane, a mis les pieds dans le plat de ce contrat léonin entre la Senelec et Akilee. En effet, au terme de la lecture du contrat, dont les pages Annexes, «imputées» des dispositions 4 et 8 traitant des dispositions financières et de la lettre de garantie de la Senelec aux banques, Me Kane est d’avis que la Senelec a été bâillonnée, avant d’être livrée pieds et poings liés à Akilee. Pire, il constate que Edf a signé deux conventions avec Akilee et craint que cette société étrangère ne prenne le contrôle de la Senelec.

Le contrat entre la Société nationale d’électricité (Senelec) et la société Akilee continue de faire grincer des dents. Et le dernier à marquer son indignation devant ce flou artistique n’est personne d’autre que le président de Sos Consommateurs, Me Massokhna Kane, lors de son passage à l’émission «Lo Ci Xam» sur Sud Fm. Le défenseur des consommateurs n’en revient toujours pas après avoir parcouru le contrat en question. Selon lui, la Senelec a été bâillonnée, pieds et poings liés, et livrée à Akilee. Une position tranchée qui découle d’une enquête fouillée dans cette affaire, en plus de rencontrer les responsables concernés dont le Directeur général de Akilee, Amadou Ly. Ainsi, revenant sur le contrat de 20 pages dont il détient copie, ainsi que les annexes du contrat contenus sur…47 pages, à l’exception, dit-il, de deux pages. Il s’agit des Annexes 4 et 8 qui ont disparu comme par enchantement alors qu’elles sont d’une importance capitale. A l’en croire, l’annexe 4 est le cœur du contrat puisqu’elle traite des dispositions financières, tandis que l’annexe 8 est une lettre de garantie que la Senelec a donné aux banques pour les commandes de la société Akilee.

Les annexes sur les dispositions financières et sur la lettre de garantie aux banques volatilisées

Revenant sur les faits, le président de Sos Consommateurs révèle que tout est parti de la mise en place du plan stratégique dénommé «Yeesal» pour la période 2016-2020 que la Senelec était en train de développer avec l’encadrement du cabinet de Victor Ndiaye, Performance management consulting (Pmc), dont l’actuel directeur de Akilee, Amadou Ly, faisait partie, à la suite de sa démission d’Edf. En d’autres termes, Amadou Ly travaillait avec la Senelec dans le développement de son Plan stratégique. Et, avec ce plan stratégique, l’électricité devait connaitre une baisse jusqu’à 80 francs le KW. Cependant, dans le 5e axe dudit plan, il a été spécifié que la Senelec serait dans le capital d’Akilee alors que, curieusement, cette société n’était pas encore créée. Du moins, pas officiellement. La suite est connue ! Me Massokhna Kane de rappeler qu’avant l’arrivée d’Akilee, la Senelec, pour acquérir des compteurs, passait un appel d’offre international. «En cas d’urgence, elle faisait une demande d’autorisation auprès de la Direction centrale des marchés publics», informe l’avocat qui en veut pour preuve l’acquisition des 50.000 compteurs en 2015 et les 150.000 compteurs en 2016. Mieux, à chaque fois que ces marchés ont été attribués, il y avait toujours recours de l’autre partie et l’Armp tranchait en dernier ressort. Autant d’éléments qui font dire au défenseur des consommateurs que la Senelec n’a jamais acheté de compteurs sans l’autorisation de l’Agence de régulation des marchés publics (Armp).

Les consommateurs vont débourser doublement

Et aussi invraisemblable que cela puisse paraitre, ces dispositions en matière de marchés publics ont été allègrement violées dans ce contrat entre la Senelec et Akilee. «Comment la Senelec peut-elle contracter avec un privé qui ne fabrique pas de compteurs, qui les achète avant de les revendre à la Senelec ? Dans le contrat, il a été donné à Akilee une commande de 2,7 millions de compteurs sur 10 ans, sans appel d’offres. Alors que pour 50.000 compteurs seulement, la Senelec sollicitait une autorisation à défaut d’un appel d’offres», fait remarquer Me Kane, qui ne comprend pas que la Société nationale d’électricité puisse se livrer ainsi, pendant 10 ans, à une société privée. Poursuivant, il révèle que ces compteurs acquis par Akilee reviennent plus chers aux consommateurs. Ce n’est pas tout. En effet, Akilee, en plus de détenir le contrat d’exclusivité, va remplacer tous les compteurs sur le circuit par des compteurs dits intelligents. Ce qui veut dire que les consommateurs, en plus de payer des redevances pour disposer d’un compteur, doivent aussi débourser pour l’application de suivi de la consommation – système d’information analytique (Sia) – créée par Akilee. Pourquoi nous imposer cette redevance alors que nous ne sommes pas demandeurs ?», s’interroge le patron de Sos Consommateurs qui ne voit pas la nécessité de changer les compteurs si ce n’est pour les grands comptes (les sociétés).

Senelec n’a pas les coudées franches, c’est Akilee qui décide

Pire, ajoute Me Kane, Akilee, lors de sa création, a été présentée comme une filiale de la Senelec. Ce qui n’est pas le cas. Akilee, martèle l’avocat, n’est pas une filiale de Senelec. Ce qui lui fait dire que Senelec n’a pas les coudées franches et que c’est Akilee qui décide à sa place. Il en veut pour preuve certaines clauses du contrat. En fait, Akilee, en plus de louer ce système de comptage intelligent pour 10 ans, la Senelec, se désole de constater le patron des consommateurs, n’a pas le droit de développer un autre système de comptage durant la période du contrat et n’a pas, non plus, le droit d’acquérir d’autres compteurs que ceux d’Akilee.

Edf peut prendre le contrôle de Senelec

Outre l’exclusivité accordée à Akilee, Me Massokhna Kane estime que notre pays court un danger avec ce contrat. A l’en croire, la société Akilee a des partenaires techniques. «Mais, qui sont-ils ? On constate seulement que Edf, par le biais de son président Jean Bernard Levy, était venu au Sénégal au mois de novembre dernier pour signer deux conventions avec Akilee. Il a dit qu’il veut entrer dans le capital d’Akilee et n’attend que l’autorisation du gouvernement du Sénégal», fait remarquer Me Kane. En effet, ce qui est grave dans cette affaire, dit-il, c’est : «si Edf détient des parts d’Akilee, on peut penser que Edf va entrer dans le capital de Akilee pour contrôler la Senelec. C’est une éventualité et si tel est le cas, l’électricité reviendra plus chère aux consommateurs», ajoute Me Massokhna Kane.

Sur 256.000 compteurs, Akilee n’a livré que 2000

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, le défenseur des consommateurs juge «troublant» que le contrat ait été signé en pleine période électorale. Pire, sur le bon de commande des 2,7 millions de compteurs signé en mars, une première commande de 256.000 compteurs en 2019 a été passée par Akilee qui a été gracieusement payée par Senelec à hauteur de 2,697 milliards francs Cfa. Cependant, au moment de la livraison, Akilee n’a présenté que…2000 compteurs qui, précise l’avocat, ne sont pas encore utilisables car le logiciel n’est pas encore disponible. «Comment peut-on commander 256.000 compteurs payés et en retour, on ne livre que 2000 compteurs ? En 2020 aussi, une commande de 200.000 compteurs a été passée et n’est toujours pas disponible. Pour une société qui n’a pas été en mesure de respecter ses engagements, lors de la première commande, alors qu’elle a été payée avec lettre de crédit à la banque, il y a problème», indique Me Kane qui ajoute que la Senelec s’est également acquittée du droit d’enregistrement à hauteur de 200 millions. En attendant que les corps de contrôle fassent leur travail, le patron de Sos Consommateurs rappelle que la Senelec a un cahier de charges vis-à-vis de la population. Mieux, il considère qu’il ne doit pas y avoir de négociations dans un contrat frauduleux. Pour lui, il faut rompre purement et simplement le contrat.

Moussa CISS

LES ECHOS
Commentaires Facebook

Articles du même type

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close