INTERNATIONAL

Pegasus : Macron a demandé l’ouverture d’enquêtes après les révélations

 

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 85

 

L’affaire relative à l’espionnage par le canal du logiciel israélien Pegasus continue de défrayer la chronique. Ce mercredi 21 juillet, le premier-ministre français  Jean Castex s’est prononcé sur les informations faisant état de ce que l’actuel locataire de l’Elysée serait parmi les personnes ayant été espionnées. Le patron du Matignon indiquait notamment qu’une enquête avait déjà été initiée dans le but de confirmer ou d’infirmer les informations publiées par les médias.

“Nous allons regarder ça de très près”

« Je crois qu’il serait un peu irresponsable de notre part de dire des choses tant que nous ne savons pas exactement ce qu’il en est », a laissé entendre le premier-ministre au cours du journal  de 13H00 de TF1. « Nous allons regarder ça de très près, compte-tenu de la gravité potentielle », a-t-il poursuivi avant de marteler qu’Emmanuel Macron a  « ordonné toute une série d’investigations ».

« Si les faits sont avérés, ils sont graves », a ajouté le chef du gouvernement français. Notons que ces mots du premier-ministre Jean Castex interviennent suiteà la révélation faite par les médias français Le Monde et Radio France qui ont participé à la réalisation de  l’enquête. Selon les précisions qu’ils ont apportées, un des numéros d’Emmanuel Macron serait « dans la liste des numéros sélectionnés par un service de sécurité de l’Etat marocain, utilisateur du logiciel espion Pegasus, pour un potentiel piratage ».

Une accusation rejetée par le Maroc

Rappelons que les autorités marocaines qui sont accusées d’être à l’origine de l’espionnage ont formellement rejeté il y a quelques jours l’accusation des médias.  « Le gouvernement n’a jamais acquis de logiciels informatiques pour infiltrer des appareils de communication, de même que les autorités marocaines n’ont jamais eu recours à ce genre d’actes », avait fait savoir un communiqué du gouvernement marocain.  

Commentaires Facebook

Articles du même type

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close