ECONOMIE

PLAN DÉCÉNNAL : LES 483 MILLIARDS ONT SERVI À LA RESTRUCTURATION

Le plan décennal, 2012 – 2022, de lutte contre les inondations est en cours. Les 483 milliards de F CFA du budget annoncé pour le financement de plan ont servi à la restructuration pour venir en aide aux populations impactées. C’est l’avis de du Directeur du Cosec (Conseil sénégalais des Chargeurs), Mamadou Dione. Invité à la ’’Matinale’’ d’Iradio (90.3), Dione a soutenu que ce plan a permis d’atténuer les inondations et ses conséquences. « Dans ce plan, l’Etat prend en compte les aspects liés aux effets induits par les inondations. Par exemple, à Thiès au quartier Nguent, dans le cadre du programme décennal, 700 logements destinés à atténuer les effets induits par les inondations sont prévus. L’Etat va livrer 200 de ces logements aux familles concernées d’ici la fin de l’année. Donc, nous vivons dans une situation exceptionnelle, mais fort heureusement, le Sénégal était depuis 2012, dans un plan décennal qui doit finir en 2022. Le chef de l’Etat a demandé à ce que ce plan soit évalué pour être réorienté en tenant compte de la donne climatique mondiale », a-t-il révélé.

Les fortes précipitations que le Sénégal a connues ces derniers jours ont fait renaître la polémique sur les inondations. Les 750 milliards annoncés par l’actuel régime sur le plan décennal de lutte contre ces inondations font l’objet de nombreuses controverses. S’il en est ainsi, c’est parce que nombreux quartiers, surtout dans la banlieue dakaroise, sont présentement sous les eaux. Une visite du chef de l’Etat est même annoncée au niveau de ces zones.

Pour le Président de la Fédération nationale des cadres Libéraux, Lamine Ba, ce plan n’était pas viable. C’est ce qui justifie la situation actuelle. « Si un programme décennal avait été mis en place depuis 2012, cela veut dire qu’il est inefficace. Aujourd’hui, la vérité est que les Sénégalais pataugent. Ceci est d’autant plus grave que, nous du Pds, on s’étonne de voir cette situation du fait des programmes, dont le financement a été bouclé et que nous avons laissé en héritage. Entre autres, le fond spécial de lutte contre les inondations. Le programme de prévention des inondations », a souligné M. Ba.

Commentaires Facebook

Articles du même type

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close