A LA UNESENEGAL

ALIOU CISSE: «Quoi qu’il puisse se passer ce vendredi, il y aura un match décisif chez nous»

Pas question de déroger à la règle, Aliou Cisséreste dans la continuité. Le sélectionneur sénégalais tient à l’humilité, à la concentration, mais aussi à un résultat positif face à l’Égypte pour cette première manche des barrages zone Afrique de la Coupe du monde Qatar 2022. En conférence de presse d’avant match, au Caire, il est revenu sur la préparation de son groupe et la manière dont il compte aborder ce premier acte.

 

 

«Le Sénégal est là pour continuer à progresser et écrire son histoire»

 

 

«Le groupe est au complet. Tout le monde est ok. C’est un match avec deux grandes équipes qui ont été finalistes à la dernière CAN. S’y retrouvent aussi les meilleurs joueurs africains du moment. Il faut l’aborder avec beaucoup de sérénité, de confiance et surtout beaucoup de concentration. C’est vrai qu’il y a un mois, on a joué cette équipe égyptienne. On n’a pas eu de temps de changer de système tactique en si peu de temps. Nous sommes dans cette continuité et nous savons aussi que nous pouvons nous améliorer.

 

 

Nous pouvons changer de système au cours du match. Mais en réalité, nous sommes fidèles à ce que nous avons fait jusqu’à présent. C’est à nous d’entrer dans ce match comme il se doit. Nous sommes conscients de ce qui nous attend. Nous savons que l’Égypte joue face à son public, c’est très important. On connaît l’ambiance de ce stade. Que ce soit l’Égypte ou le Sénégal, c’est deux grandes équipes qui ont envie de retourner à la Coupe du monde. Je l’ai déjà dit, le football de haut niveau ne se nourrit pas de passé. Nous avons face à nous l’Égypte pour deux rencontres compliquées, très rudes et très difficiles et le Sénégal estlà pour continuer à progresser et écrire son histoire.»

 

 

«C’est un match qu’il faut jouer avec beaucoup d’intelligence»

 

 

«Que ce soit la fédération, le staff, les joueurs et les Sénégalais, on a tous envie de se qualifierà cette Coupe du monde. Ça ne sera pas un match facile. Nous avons des arguments à faire valoir face à cette équipe égyptienne. Nous travaillons dur pendant des années et des années pour des compétitions comme ça. On sait que ça se jouera sur deux matchs. Forcément, quoi qu’il puisse se passer demain (aujourd’hui), il y aura un match décisif chez nous.  C’est un match qu’il faut jouer avec beaucoup d’intelligence. Il ne faut pas faire n’importe quoi parce que c’est deux matchs aller-retour. Nous essayerons d’avoir le meilleur résultat possible ici pour bien aborder le match retour.»

 

 

«On est capable d’être costaud»

 

 

«Celui qui a posé la question à savoir si on a des problèmes en attaque surtout à la Can, a certainement oublié qu’après le premier tour, on a marqué 6 ou 7 buts. Malgré qu’on n’a pas marqué de buts au premier tour, on a tous remarqué que le Sénégal avait une assise défensive très solide. Les gens regardent souvent les attaquants et oublient cette assise défensive. On est capable d’être costaud et très fort sur le plan défensif. Je crois qu’une bonne équipe doit être forte défensivement. On continue à travailler nos animations offensives. Nous savons aussi que nous avons des garçons capables de faire la différence à tout moment et ça c’est intéressant pour notre équipe».

 

 

«Il n’y a jamais eu de problème entre Sadio Mané et moi»

 

 

Dans ma relation, il n’y a jamais eu de problème entre Sadio Mané et moi. Ça s’est toujours bien passé. C’est un garçon formidable, qui aime notre pays et qui se bat pour ce pays-là, pour sa nation, pour les couleurs de l’équipe nationale du Sénégal. Son humilité n’est plus un débat ainsi que celui de tous les joueurs qui constituent l’équipe et qui sont de très grands joueurs. Je les entraine depuis 7 ans, ils m’ont toujours donné et je leur ai toujours rendu. Nous espérons que l’aventure continuera jusqu’à la Coupe du monde».

 

 

«Champion d’Afrique c’est vrai, mais même dans cette situation, nous sommes vigilants»

 

 

«Depuis je suis en fonction, vous m’avez beaucoup entendu parler d’humilité. Je reviens encore à ce mot-là. L’humilité est l’essence même d’un champion. C’est grâce à cette humilité-là, qu’on peut toujours gagner, qu’on ne sera jamais surpris et qu’on sera toujours vigilant. Champion d’Afrique c’est vrai, mais même dans cette situation, nous sommes vigilants. C’est difficile d’être champion, mais le plus dur, c’est de le rester. Gagner ce n’est pas difficile, ce qui est compliqué, c’est de continuer à gagner. Ce groupe-là a vraiment beaucoup d’humilité et moi j’ai encore faim.

 

 

«Les statistiques ne nous donnent pas favoris de cette double confrontation»

 

 

 

«Je le rappelle, les statistiques ne nous donnent pas favoris de cette double confrontation, dans la mesure où on se dit que toutes les équipes championnes d’Afrique, pratiquement, ne se qualifient pas à la Coupe du monde suivante. Je suis un homme curieux, j’essaie de savoir pourquoi les statistiques ne nous mettent pas favoris. Ça s’explique souvent par l’euphorie, rester sur un nuage et oublier les échéances qui se profilent après. Ce qui peut aussi amener ça, c’est un manque d’humilité, ou que le costume de champion d’Afrique soit trop lourd ou encore qu’on manque de motivation. Mais je crois que tous ces éléments ne sont pas avec nous. Nous sommes ici avec beaucoup d’humilité».

 

 

«J’ai faim, j’ai la dalle, je suis un jeune entraineur, je n’ai encore rien fait»

 

 

«Nous venons pour gagner, nous sommes motivés. J’ai faim, j’ai la dalle, je suis un jeune entraineur, je n’ai encore rien fait. Les joueurs le savent aussi et ont envie de gagner. Je leur avais dit que gagner une coupe avec son pays est diffèrent de gagner une coupe en club. Ca n’a pas les mêmes ferveurs, les mêmes répercussions. Maintenant nous devons continuer à être une équipe conquérante, continuer à atteindre nos objectifs avec beaucoup d’humilité».

 

 

LES ECHOS

Commentaires Facebook

Articles du même type

Close