Grande UNESENEGAL

Édouard Mendy, la force tranquille

 

Le Sénégal sera une nouvelle fois parmi les 32 nations qui vont jouer la plus grande compétition de football en brisant le rêve de l’Égypte aux tirs au but, mardi au stade Abdoulaye Wade de Diamniadio. Le pays de la teranga s’est offert une troisième qualification au mondial, la deuxième consécutive.

 

50 jours après le titre historique glané au Cameroun, l’équipe coachee par Aliou Cissé a su se maintenir au sommet et terrasser à nouveau les pharaons. Cela grâce à des hommes de confiance qui ont eu leur impact sur le collectif. Mendy, la force tranquille Sur l’ensemble des deux matchs, on ne dira pas qu’il a beaucoup été mis à l’épreuve mais on retient qu’Édouard Mendy a su répondre présent au moment idoine.

 

Il n’a eu qu’un arrêt à faire lors de ce match retour alors qu’à l’aller il n’avait pas également eu beaucoup de travail à faire. Comme lors du sacre à la CAN, le meilleur gardien du monde a arrêté le quatrième penalty égyptien avant que Sadio Mané ne transforme la sentence. Mendy est devenu une sorte de talisman, de porte bonheur pour le Sénégal qui n’avait pas de bons souvenirs sur les séances de tirs au but jusqu’ici. Pour quelqu’un qui est perçu comme n’étant pas un grand spécialiste de penaltys, il a réussi le coup de maître de faire gagner la CAN et qualifier le Sénégal à la coupe du monde.

 

Les deux centraux

 

En dépit du but encaissé au Caire, Aliou Cissé pourra se réjouir d’avoir pu compter sur une défense de fer qui a éteint Mouhamed Salah, un des meilleurs joueurs au monde. Le défenseur central et capitaine des lions a reflété cette arrière garde sénégalaise qui avait faim et bondissait sur tous les ballons. Kalidou Koulibaly n’avait pas l’intention de laisser tomber son équipe.

 

 

Aux côtés de Pape Abou Cissé, son partenaire de circonstance dans l’axe en l’absence d’Abdou Diallo, «  le ministre de la Défense « , a montré la voie en donnant de la voix et symbolisé ce fighting-spirit, cette passion et cette volonté sans faille de faire tomber les pharaons. Remplaçant à main levée d’Abdou Diallo, Pape Abou a montré qu’il a de l’énergie et du talent à revendre avec sa bonne tenue dans l’ensemble, hormis ses relances ratées et autres hésitations.

 

 

Commentaires Facebook

Articles du même type

Close