A LA UNESENEGAL

Le cas Sofiane Diop au centre des débats à la fédération marocaine de Football

 

Depuis plusieurs années maintenant, le Maroc a décidé de tenter de convaincre rapidement les joueurs binationaux d’opter pour les Lions de l’Atlas. Même lorsque ces derniers pensent à une autre sélection. Et à quelques mois du Mondial au Qatar, les discussions se poursuivent…

 

 

Ces dernières années, la sélection marocaine s’impose doucement, mais sûrement, comme une solide nation du continent africain. En plus d’avoir un effectif de plus en plus qualitatif, le Maroc peut aussi compter sur un gros réservoir de jeunes joueurs aussi bien grâce à son académie Mohamed VI que grâce aux nombreux binationaux en France, Espagne, Belgique, Pays-Bas ou Italie. Depuis plusieurs années maintenant, la fédération marocaine a décidé d’adopter une nouvelle stratégie pour attirer certains joueurs à fort potentiel et n’hésite pas à très vite entrer en contact avec certains et leurs familles pour les convaincre. Et même s’il y a des premiers refus, la FRMF continue d’insister pour renforcer son effectif. Ces dernières années, plusieurs joueurs ont attisé les convoitises marocaines. À commencer par Amine Adli.

 

 

Le jeune joueur formé à Toulouse a rapidement brillé avec son club en Ligue 2 la saison dernière. Auteur de 8 buts et 7 passes décisives, il avait été élu meilleur joueur du Championnat et même si ses bonnes performances n’avaient pas permis aux Toulousains de directement remonter dans l’élite, elles lui avaient permis de s’envoler pour le Bayer Leverkusen et la Bundesliga. De parents marocains, le jeune ailier de 21 ans a donc le choix de jouer soit pour le Maroc, soit pour la France. À l’été 2021, le sélectionneur des Lions de l’Atlas Vahid Halilhodzic avait décidé de le convoquer pour les amicaux face au Ghana et au Burkina Faso.

 

 

S’en est suivi un premier refus, le joueur se jugeant fatigué par sa saison après la défaite quelques jours plus tôt face à Nantes en barrages. Alors la FRMF a décidé de temporiser un peu et a retenté de le faire venir à la CAN quelques mois plus tard. Deuxième refus du joueur et de son entourage qui estimait qu’il devait se concentrer sur sa saison avec le Bayer Leverkusen. Entre temps, Amine Adli connaissait les joies de l’équipe de France Espoirs confirmant ainsi son envie de jouer pour la France. «Amine est un joueur cadre de l’équipe de France Espoirs», nous glisse un proche de son entourage lorsqu’on le questionne sur son envie de porter le maillot du Maroc. Mais la fédération marocaine ne perd pas espoir et espère toujours le faire changer d’avis pour la prochaine Coupe du monde.

 

 

Des discussions avec Mohamed Ali-Cho et Sofiane Diop

 

 

Autre dossier chaud du côté des binationaux, celui menant à la jeune pépite du SCO d’Angers : Mohamed Ali-Cho. Très vite révélé avec les Angevins, le jeune attaquant de tout juste 18 ans peut jouer pour la France, l’Angleterre, la Côte d’Ivoire ou le Maroc. Après avoir été surclassé avec l’équipe de France Espoirs, le natif de Stains a connu quelques difficultés en club et joue désormais avec l’équipe U19 des Bleuets, mais il reste un gros potentiel que la FRMF a ciblé depuis très longtemps avec l’objectif de lui faire choisir les Lions de l’Atlas. Le sélectionneur Vahid Halilhodzic ainsi que le président de la FRMF Faouzi Lekjaa entretiennent des discussions régulières avec l’entourage du joueur et notamment sa mère.

 

 

Le clan du joueur s’est d’ailleurs rendu plusieurs fois au Maroc pour visiter les installations et a été invité à l’automne dernier à assister à deux matchs de qualification de la sélection pour le Mondial. Une manière de séduire aussi le joueur et de le convaincre du gros potentiel du Maroc pour les prochaines années. Pour le moment, le joueur n’a pas encore fait son choix, mais la perspective de pouvoir postuler pour une Coupe du monde à la fin d’année est plaisante. Auteur de 2 buts en 28 matchs de Ligue 1 cette saison, Cho va aussi devoir choisir son futur club pour la saison prochaine alors que le Betis est en course pour le récupérer.

 

 

Du côté de la Ligue 1, le cas Sofian Diop est aussi au centre des débats à la fédération marocaine. Le milieu de l’AS Monaco brille depuis plusieurs mois aussi bien en club qu’avec les Espoirs où il est vite devenu un cadre de l’équipe. Depuis quasiment deux ans, le Maroc et le Sénégal sont à la lutte pour tenter d’attirer le jeune joueur de 21 ans. Les Lions de l’Atlas avaient une longueur d’avance dans ce dossier il y a maintenant un an et le natif de Tours n’était pas fermé à l’idée de porter les couleurs du Maroc.

 

 

Loin de là. Mais l’attractivité actuelle de la sélection sénégalaise, championne d’Afrique en titre avec le meilleur effectif du continent, ainsi que les discussions avec le sélectionneur Aliou Cissé pourraient bien rebattre les cartes. Comme pour les autres cas, le joueur n’a pas pris sa décision, mais il semble évident que la France a un coup d’avance, comme bien souvent concernant le choix des binationaux.

 

 

Les refus de Lois Openda et Issa Diop

 

 

Le Maroc a aussi tenté le coup avec un joueur nettement moins médiatisé que les autres. Lois Openda. Le jeune attaquant belge de 22 ans, formé au Club Bruges, a aussi la possibilité de jouer pour le Maroc. À son arrivée en sélection en 2019, Vahid Halilhodzic avait immédiatement ciblé le profil de cet attaquant rapide, capable de prendre la profondeur avec de grosses qualités athlétiques. Auteur de 18 buts et 5 passes décisives en 41 matchs cette saison avec le Vitesse Arnhem, Lois Openda n’a jamais répondu favorablement aux approches de la fédération marocaine et son choix a même été très clair.

 

 

Il rêve de jouer pour la Belgique, pays où il a grandi et où il a connu ses premières minutes en professionnel. Passé par toutes les classes de jeune de la sélection belge, Openda est considéré comme l’un des gros potentiels de sa génération et la possibilité de le voir être la surprise du sélectionneur Roberto Martinez au Mondial avec le Belgique existe. Les Diables Rouges affronteront justement le Maroc dans le groupe F.

 

 

Enfin, dernier cas, celui d’Issa Diop. L’ancien joueur de Toulouse aujourd’hui à West Ham peut également jouer pour le Maroc. La FRMF avait régulièrement discuté avec lui il y a maintenant presque 4 ans, sans succès. Depuis, les discussions n’ont pas avancé du tout et le défenseur central de 25 ans ne veut pas entendre parler d’autres choses que de l’équipe de France. Il ne compte pas porter le maillot du Maroc un jour comme il l’a confirmé en 2019 au micro de Canal+.

 

 

«Je suis né en France, je suis Français, je dois tout à la France, c’est mon pays. Aller dans une autre sélection parce que je ne suis pas allé en équipe de France, ce serait un peu hypocrite de ma part. Ce serait aller dans une sélection par défaut. Je suis Français, j’aime l’équipe de France, j’ai envie de jouer pour. Et même si je ne suis jamais sélectionné, je ne changerai pas», confiait-il justement au moment où la FRMF avait discuté avec lui. La perspective de passer « à côté » d’une carrière internationale ne l’effraie pas non plus et il semble bien impossible de le voir jouer pour le Maroc dans les prochains mois.

 

 

 

Commentaires Facebook

Articles du même type

Close