SENEGAL

L’EX GENDARME TOMBE AVEC 16,5 KG DE DROGUE: Gilbert Demba livre au flic qui l’a piégé le yamba caché sous du poisson séché

Alors qu’il croyait que son plan était bien huilé pour s’en sortir, l’ex gendarme Gilbert Demba a été surpris de voir les agents de l’Ocrtis lui tomber dessus à bord du bus où il se trouvait. Depuis la Casamance jusqu’à Dakar,cet accusé transportait 16kg de yamba qu’il avait soigneusement cachéssous du poisson séché. Interpellé courant 2018, il risque 10 ans de réclusion criminelle devant la chambre criminelle de Dakar où il a été attrait avant-hier pour culture et trafic de yamba.

Ancien gendarme au camp de Yeumbeul dans les années 2004-2005, Gilbert Demba servait à l’infirmerie. Libéré de l’armée, il est devenu aide-infirmierà Kafountine (en Casamance). Cependant, après 18 ans dans le service médical, Gilbert Demba s’est reconverti en trafiquant notoire de drogue. Hélas, ce qu’il ignorait, c’est que les éléments de l’Ocrtis étaient à ses trousses. Ayant reçu une information selon laquelle Gilbert Demba trafiquait du yamba, ces derniers l’ont pris enfilature. Ainsi, les agents enquêteurs ont passé auprès de lui une commande de 50 kilos de yamba. Gilbert Demba, pour ne pas laisser filer cette opportunité, s’est lancé dans la culture du yamba en Casamance en 2018. A la date de livraison du produit fini, il a quitté Ziguinchor pour rallier Dakar. C’est ainsi que les agents lui sont tombés dessus à bord du bus dans lequel il se trouvait vers le rond-point Case bi aux environs d’1h du matin. Il avait en sa possession un sac qui contenait 16,5kg de yamba.
Se croyant plus rusé que les flics, Gilbert Dembaavait misdu poisson séché sur la drogue pour ainsi la dissimuler. Conduit devant les enquêteurs, Gilbert Demba avait pourtant reconnu les faits de culture et de trafic de drogue. Mais lors de son interrogatoire de fond, devant le juge d’instruction, Gilbert Demba anié la paternité du yamba, indiquant que ladite drogue appartenait à une certaine Amy Diop qui habiterait Kafountine.

Gilbert reconnaît, puis… nie

Placé sous mandat de dépôt, cet accusé a été renvoyé mercredi devant la chambre criminelle de Dakar, 4 ans après les faits. Face au juge, il a encore contesté les accusations qui pèsent sur lui. «Ma mère m’a informé que ma sœur était malade. J’ai alors pris le bus pour venir à Dakar.  Mais, une fois vers le rond-pointCase bi, des agents ont procédé à la fouille du véhicule. Soudain, un autre jeune qui était à côté de moi s’est enfui par la porte de derrière. Comme nous étions côte à côte dans le bus, ils m’ont attribué la paternité dudit sac», s’est-il défendu. Il a au passage précisé avoir reconnu ces faits parce qu’il a été battu à la police par les agents enquêteurs. Il dit avoir signé le Pv sous le feu des coups de gourdin des agents.
Des explications qui n’ont pas le représentant de la société. En effet, procureur a requis 10 ans de réclusion criminelle ainsi que la confiscation et la destruction de la drogue qui a été saisie.

Les avocats plaident le doute

Son avocat, Me François Senghor a, dans sa plaidoirie, évoqué un doute qui, selon lui,devrait profiter à son client. Ce, avant de demander son acquittement pur et simple. «Il y a un doute par rapport à la drogue qui a été trouvée dans le sac. Qu’est-ce qui prouve qu’il est le propriétaire de cette drogue? Dans ce dossier, l’accusation souffre», a-t-il révélé. Dans la même foulée, sa consœur Me Ndèye Fatou Sarr dira : «mon souci dans cette affaire, c’est la matérialité des faits. On ne peut pas parler de saisie de drogue alors qu’on ne sait pas encore ce que le produit constitue puisque nous n’avons jusqu’à présent pas les résultats d’analyse du laboratoire. Par ailleurs, est-cequ’on peut lui reprocher cette culture, alors qu’il n’y a aucune preuve pour ça puisque les agents ne se sont jamais rendus sur les lieux pour savoir s’il cultive le yamba?». Délibéré le 16 février prochain.

Fatou D. DIONE

LES ECHOS
Commentaires Facebook

Articles du même type

Close