Grande UNESENEGAL

Ligue des Champions – Sadio Mané, le mal-aimé de Liverpool ?

 

S’il vient de dominer deux fois, avec le Sénégal, l’Egypte de Mohamed Salah, Sadio Mané semble parfois dans l’ombre de son équipier à Liverpool, mais ce dernier aura besoin de lui, mardi (21h00), en quart de finale aller de Ligue des champions contre Benfica.

 

Le mois d’avril infernal des Reds, avec la C1 à Lisbonne, mais aussi le double duel contre Manchester City, dimanche en championnat et six jours plus tard en demi-finale de Coupe d’Angleterre, ne permet pas de trop s’attarder sur les cas personnels. Celui de Mané intrigue malgré tout, alors qu’il ne lui reste qu’un an de contrat, tout comme à Salah, mais que le prolonger ne semble absolument pas une priorité pour Liverpool, contrairement à l’Egyptien.

 

« Avec le club je parle beaucoup, mais si la question, c’est (de savoir) si je parle avec Liverpool de la prolongation, c’est non, pour le moment », avait expliqué à la télévision sénégalaise TFM son agent, Bjorn Bezemer, au lendemain du barrage victorieux pour le Mondial-2022. Sans se prononcer sur l’avenir du joueur, qui aura 30 ans le 10 avril, il avait aussi assuré qu’avec son client, « pour l’instant, on a décidé de rester tranquille ». L’arrivée cet hiver de l’ailier gauche Luis Diaz, en provenance de Porto, a renforcé cette impression que les Reds prépareraient un éventuel « après-Mané« .

 

L’humilité et la modestie de Mané

 

En termes de statistiques, la position de Liverpool peut se comprendre: depuis son arrivée sur les bords de la Mersey en 2017, l’Egyptien a été systématiquement plus décisif que son équipier, que ce soit en nombre de buts ou de passes décisives, sauf l’an dernier où Mané à donné 9 offrandes contre 6 pour Salah. Même la meilleure saison statistique du Sénégalais, 2019/2020, où il avait été décisif 34 fois (22 buts, 12 passes décisives), reste inférieure à la moins bonne de Salah (23 buts et 13 passes), également en 2019/2020. Cette saison, l’écart est encore plus marqué, Salah affichant 28 buts et 10 passes contre 14 et 3 pour son équipier.

 

L’apport de Mané ne se limite évidemment pas à ces deux chiffres. Ils montrent surtout que Salah est un pur finisseur quand Mané participe davantage à la construction et au pressing. Et si la différence apparente de traitement réservé aux deux joueurs fait parfois jaser, elle peut aussi s’expliquer par des personnalités très différentes. La modestie de Sadio Mané est légendaire, que ce soit au sujet de tout ce qu’il accomplit sur le terrain ou en dehors, où il dépense sans compter pour aider son village natal de Bambali, à 400 km au sud de Dakar.

 

« Ils se considèrent comme des amis »

 

 

Salah, à l’inverse, sait se montrer plus revendicateur. Il n’hésite pas, par exemple, à se plaindre à demi-mot de la lenteur des négociations avec Liverpool en assurant dans la presse qu’il ne « demande rien de dingue ». Sur le terrain, les deux hommes continuent de bien fonctionner ensemble et Jürgen Klopp n’a de cesse de souligner leur bonne entente.

 

« Il n’y a pas de doutes qu’ils ne sont pas seulement proches, mais ils sont bien élevés, ce sont de bons garçons et de bons êtres humains (…) Il est certain que Sadio et +Mo+ se considèrent comme des amis ». Certains médias ont même affirmé que Mané n’avait pas souhaité célébrer son titre continental ou la qualification au Mondial au sein du club par humilité et par égard pour la déception légitime de Salah. Son agent a, lui, assuré que c’était surtout parce que Liverpool était encore à la poursuite de trois trophées et que Mané voulait rester concentré sur ces objectifs. Car, qu’il se dessine en rouge ou sous d’autres couleurs – le Real Madrid et le Paris SG ont été évoqués -, c’est ce sprint final qui placera, ou pas, le Sénégalais en position de force lorsqu’il devra faire son choix.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook

Articles du même type

Close