A LA UNESENEGAL

Manque de liant, problème d’occupation du terrain: ces manquements qui ont fait perdre les lions au Caire

 

L’équipe nationale du Sénégal a courbé l’échine devant celle de l’Égypte (0-1), en match aller des barrages de la coupe du monde Qatar 2022. Une défaite imputable à certains manquements dans le jeu des lions qu’il faudra gommer dans cette manche retour ce mardi au stade Abdoulaye Wade de Diamniadio. Le froid glacial (14 degré) du stade international du Caire n’aura nullement refroidi les ardeurs des pharaons qui ont réussi leur entame et mis ce but ayant fait la différence.

 

 

Le Sénégal n’a jamais réussi à revenir au score et est condamné à gagner par deux buts d’écart pour décrocher la qualification à la coupe du monde. Un revers qui peut être imputé à un certain nombre de facteurs à corriger pour un match retour mieux maîtrisé avec des buts à la pelle. Manque de liant entre les lignes Carlos Queiroz savait que Nampalys était le premier t’élancent de l’équipe national du Sénégal et a réussi à l’empêcher d’être touché par les défenseurs sénégalais.

 

 

Le joueur de Leicester s’est adapté au fur et à mesure du match avec une montée en puissance et une volonté de créer du jeu. Sa difficulté à être touché a impacte sur le jeu des lions qui ont ronronné, hormis les fulgurances d’un Sadio Mané qui était surveillé comme du lait sur le feu. Il manquait ce liant entre les lignes. Le trio du milieu a très peu combiné vers l’avant Cette vitesse dans les transmissions n’y était pas.

 

 

Le système à trois milieux semble avoir fait les affaires de l’Égypte qui joue à peu près dans la même organisation. Le sélectionneur des lions devrait apporter des changements pour étouffer et renverser son adversaire de ce mardi. Le Nigeria qui avait été la dernière équipe à battre les pharaons, avait joué en 4-4-2. Cela pourrait donner des idées à Aliou Cissé dans sa quête de revanche. Mais, l’absence d’un véritable meneur pourrait être le principal frein. Problème d’occupation du terrain Les trois milieux défensifs se sont souvent marchés dessus vendredi au Caire.

 

 

La position moyenne des joueurs sénégalais durant les 90 minutes indique que les latéraux et les milieux étaient sur la même ligne. Cette mauvaise disposition du trio de l’entre jeu a amené cette mauvaise occupation du terrain. Ce qui ne favoriserait pas un bon Link puisqu’aucun des trois ne s’est projeté pour apporter offensivement. Cela crée un gros espace vide dans l’entre jeu et empêche le porteur du ballon de trouver un relais entre les lignes. Le profil d’un box to box a véritablement manqué mais aussi la verticalité dans le jeu.

 

 

Les milieux ne doivent pas seulement contenter de donner le ballon aux attaquants, ils peuvent apporter offensivement pour étouffer un bloc Égyptien condamné à défendre. Influence réduit du couloir gauche L’autre coup tactique de Queiroz aura été d’avoir réussi à réduire au mieux l’influence du côté gauche sénégalais. Côté fort du Sénégal de la CAN, Mouhamed El Neny venait souvent boucher le couloir pour empêcher Sadio Mané et Saliou Ciss de combiner. Les deux lions ont eu très peu d’opportunités pour combiner, comme c’est le cas lors de la CAN. Les quelques actions fructueuses l’ont été grâce à la vista de l’enfant de Bambali.

 

 

Même Mouhamed Salah venait souvent pour apporter cette aide dans le repli défensif et boucher cette aile qui est l’une des sources de danger des lions. Avec un jeu principalement basé sur les côtés, les lions devront déjouer ce piège, que risque de rééditer les Égyptiens. Des milieux de terrain plus joueurs et créatifs sont espérés renseigne le quotidien stades dans sa parution du jour repris par la rédaction de Seneposte.

 

 

 

 

Commentaires Facebook

Articles du même type

Close