A LA UNESENEGAL

Sénégal-Egypte Système de jeu, un entrejeu plus offensif… : Ces choix forts qu’on attend de Cissé !

 

Jouer avec la même équipe deux fois de suite et avec le même système de jeu sans marquer de but, cela doit faire réfléchir Aliou Cissé et son staff qui doivent proposer d’autres alternatives…offensives, demain face à l’Egypte. Décryptage.

 

 

1 – Pour un retour du 4-2-3-1

 

Un «match d’attaque» : c’est ce qui attend les Lions ce mardi face aux Pharaons pour la manche retour des barrages du Mondial 2022. Battus (0-1) au Caire à l’aller, les coéquipiers de Sadio Mané ont encore buté sur la défense égyptienne. Face au même adversaire en deux matchs de suite, les Lions n’ont pas réussi à scorer. Posant du coup un véritable problème d’efficacité offensive.

 

Du coup, pour cette troisième confrontation avec les Pha­raons, en moins de deux mois, les Lions sont tenus de retrouver le chemin des filets. Et pour y arriver, Aliou Cissé doit revoir son dispositif tactique en optant pour une animation beaucoup plus offensive. En clair, le sélectionneur doit laisser aux vestiaires son 4-3-3 avec un milieu à trois récupérateurs (Nampalys-Gana-Kou­yaté). Un retour à son système-fétiche le 4-2-3-1 serait plus indiqué et à même de percer la solidité défensive égyptienne.

 

 

2 – Sadio Mané en électron libre, Ismaïla Sarr à gauche

 

Les conséquences d’un retour à un 4-2-3-1, va forcément faire bouger les lignes et les hommes. Faut d’abord rappeler que ce système de jeu a toujours souri à Aliou Cissé. En effet, adepte d’un 4-3-3 classique, le sélectionneur est depuis revenu à un 4-2-3-1 qui a tenu toutes ses promesses lors des éliminatoires de la Can et du Mondial 2022. Devenu son nouveau système-fétiche -avant de virer à un 4-3-3 lors de la Can-, ce dispositif à double pivot (Nampalys-Gana Guèye) a eu comme fait marquant : le repositionnement de Sadio Mané dans l’axe, laissant le côté gauche à Ismaïla Sarr, habitué à jouer sur le flanc droit de l’attaque sénégalaise.

 

 

A l’arrivée, l’enfant de Bambali, dans un rôle d’électron libre, a été le vrai coup tactique de Cissé. Avec ses nouveaux habits de meneur de jeu, Mané aura été un véritable poison pour les défenses adverses. En mouvement sur tout le front de l’attaque, capable d’accélérer en cassant les lignes, provocateur dans les duels (en obtenant des coups francs et même des penalties) et à même de perturber les défenseurs adverses par rapport à son nouveau rôle, «SM10» a aussi mis en lumière son entente avec Boulaye Dia. Suffisant comme arguments offensifs pour percer la défense égyptienne.

 

 

3 – Retour de Sabaly au poste de latéral droit

 

En décidant de reconduire Bouna Sarr au poste de latéral droit lors du match aller au Caire, Aliou Cissé avait sorti l’argument des automatismes, gage d’une bonne organisation défensive qui a fait ses preuves au Cameroun. Malgré le retour en forme de Youssouf Sabaly, absent lors de la Can, le sélectionneur a tenu à aligner le défenseur du Bayern. Malgré un match sérieux, Bouna Sarr nous a quand même laissés sur notre faim, tant défensivement qu’offensivement.

 

 

 

Dans un match d’attaque où les champions d’Afrique doivent gagner au moins par deux buts d’écart, demain contre le Pharaons, le couloir droit des Lions aura besoin de plus d’agressivité et de vitesse. Et pour ce genre d’exercice, le latéral du Betis Séville a le meilleur profil.

 

 

Par Hyacinthe DIANDY – hdiandy@lequotidien.sn

 

 

 

 

Commentaires Facebook

Articles du même type

Close