A LA UNEPOLITIQUE

Sindia – Le candidat de Gueum sa bop raille «La commune n’a pas de maire, ceux qui font office de maire sont des courtiers.»

Révulsé par le bradage du foncier dans la commune de Sindia, Papa Moussa Thior s’en prend à l’équipe municipale sortante.

 

Par Alioune Badara CISS(Correspondant) –  La tête de liste de la  Coalition Gueum sa bop de Sindia, Dr Pape Moussa Thior, a été investi le samedi dernier, par Bougane Gueye Dany, le président de cette coalition. Le médecin-commandant, qui a désormais les pieds dans la politique,  déclare vouloir mettre la commune de Sindia sur les rampes de l’émergence.

Lors de cette cérémonie d’investiture, il a fait un diagnostic sans complaisance de la commune. Une radioscopie qui a mis à nu les pathologies dont souffre cette collectivité locale, mais dans l’immédiat, il promet de s’attaquer à la tumeur qui gangrène le corps de la commune et qui a, selon lui, pour nom, le foncier.

A l’en croire, «l’analyse que nous avons faite montre une commune très arriérée, à tous points de vue. La commune de Sindia n’a pas de maire, ceux qui font office de maire ou se font appeler maire, sont des courtiers qui ont transformé la municipalité en une agence immobilière. Ils passent tout leur temps à convaincre les paysans de vendre leurs terres. Ils passent tout leur temps à voir les espaces comme les écoles pour tenter de les réduire, les vendre ; les avenues de 30 mètres pour eux c’est trop, il faut les couper, laisser 6 m de ruelles. A Sindia, il y a des rues qui ont été carrément éliminées. Votre voiture roule et vous tombez souvent sur une maison, la route a été vendue. Ce que je dis là, ce n’est pas une invention, ce sont des choses que tous les citoyens peuvent constater», a déploré Dr Pape Moussa Thior.

En plus de cette maladie, il en décèle d’autres. «Les autres domaines porteurs de services sociaux de base, à savoir l’école, l’accès à l’eau et à l’électricité, sont extrêmement faibles. Vous avez des villages qui sont à 45 mn de Dakar et qui n’ont pas d’eau. Les femmes passent tout leur temps à chercher de l’eau. Il y a une femme qui nous a raconté à Kiniabour, que l’âne qui est chargé de transporter les bidons d’eau, quand l’âne l’aperçoit, il s’enfuit», a ironisé le candidat de Gueum sa bop.

Cette situation, a-t-il souligné, est de celles qui l’ont précipité dans le champ politique. «En tant que citoyen, fils de ce terroir, nous n’avons pas le droit de critiquer, rester dans notre salon, siroter notre café et dire que ça ne marche pas. Nous devons nous déshabiller, rentrer dans le domaine, réclamer les suffrages et remplacer ces courtiers qui sont là depuis 7 ans», a déclaré Dr Thior.

Ainsi, en guise d’alternative, il va s’attaquer dans l’urgence, au bradage du foncier et les questions liées à l’emploi des jeunes et femmes de la commune. «Les politiques de bavardage sont dépassées. Aujourd’hui, une politique doit s’adosser à un modèle économique et celui que nous avons tourné autour des Fermes intégrées communautaire (Fic). Avec ces Fermes intégrées communautaires, les femmes et les jeunes pourront faire beaucoup plus qu’au niveau des Goana. Le deuxième axe de notre programme va à l’endroit des jeunes, il y en a beaucoup qui ont des diplômes, mais ils n’arrivent pas à avoir du travail, parce que on  leur demande souvent s’ils ont une expérience professionnelle. Nous à Sindia, nous allons leur offrir cette expérience professionnelle. Nous allons transformer le cabinet du maire en un véritable cabinet avec les services techniques communaux, développer des portefeuilles de projet et pour cela, nous allons utiliser des compétences locales.» Il a terminé son discours programme par la fameuse question de l’eau. «Nous allons investir ce qu’il faut pour que tous les villages de la commune puissent accéder à l’eau le plus rapidement possible», a assuré la tête de liste de Gueum sa bop.

abciss@lequotidien.sn

Commentaires Facebook

Articles du même type

Close